Jean-Noël NOURY

Jean no   

6 JUIN 1944 : le sort du monde est en balance !

Il suffirait de quelques avions et de quelques blindés allemands de plus, de quelques minutes de courage en moins à Omaha Beach pour que le débarquement s’achève en catastrophe.

L’armée rouge aussi avait durement souffert ! Que le débarquement anglo-américain échoue, malgré le luxe surabondant de prévisions, de préparation, de préfiguration, qu’il échoue donc malgré la formidable puissance industrielle mise au service de l’armée alliée et une année au moins serait nécessaire pour remettre sur pied pareille entreprise.

Mais tenterait-on même de le faire ?

L’Amérique et la Grande Bretagne, témoins impuissants de la défaite de l’URSS, ne se résigneraient-elles pas dès lors à une hégémonie allemande provisoire sur le continent, et à de longues années de guerre.

Le sort de l’Europe serait-il tranché par cette bombe atomique dont la mise au point par les savants réfugiés se poursuivait aux USA ?

Cette victoire allemande du 6 juin 1944 sur les plages de Normandie ne relève pas du domaine de l’impossible. Rommel a bien compris que ce jour serait « le plus long ». Quant à Eisenhower son angoisse est telle qu’il a déjà rédigé le communiqué annonçant l’échec.

Mais, la 16e armée allemande attend le choc décisif sur les plages des Flandres. Or, c’est en Normandie que les dés de fer roulent !

Souscription ouverte jusqu'au 15 avril 2014. 

Pour tout renseignement:

jn.noury@orange.fr

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×